CNER news

Maurice Ligot, ancien président du CNER, s'est éteint

Agé de 94 ans, l'ancien ministre et emblématique député-maire de Cholet fut président du CNER de 1987 à 1992.

Maurice Ligot, ancien président du CNER, s'est éteint


Crédits : CNER / Chrystelle Charles

 

 

C'est avec une grande tristesse que le CNER a appris le décès, samedi 29 octobre 2022, de Maurice Ligot, l'un de ses éminents anciens présidents. Retour sur une vie atypique, dédiée à la chose publique et à l'aménagement des territoires.

Une brillante carrière politique, locale et nationale

Né à Niort le 9 décembre 1927, Maurice Ligot eut une brillante carrière politique. Docteur en droit, diplômé de Sciences Po et ancien élève de l'ENA, il devient chargé de mission pour les affaires africaines et malgaches à la présidence de la République, auprès de Jacques Foccart et de Charles de Gaulle. A ce poste, il fut un témoin privilégié, et un acteur, de l'indépendance de nombreux Etats africains jusqu'alors membre de l'empire colonial français. Il en tirera un ouvrage juridique "Les accords de coopération entre la France et les États africains et malgache d'expression française, à la Documentation française. Une époque dont il parlait avec passion, en particulier de ses relations avec Charles de Gaulle.

 

Il est élu maire de Cholet en 1965, charge qu'il exercera jusqu'en 1995. Durant 30 ans, il transformera la ville à tous égards et les habitants manifesteront une sympathie indéfectible envers cette figure devenue emblématique du territoire. En 1976, il est également élu député du Maine-et-Loire au titre du Centre national des indépendants et paysans, puis de l'Union pour la démocratie française (UDF). Il le restera jusqu'en 2002, période uniquement interrompue lorsque Raymond Barre l'appellera dans son gouvernement comme secrétaire d'Etat à la fonction publique (1976-1978).

La décentralisation et l'aménagement des territoires chevillés au corps

Maurice Ligot fut un fervent promoteur de la décentralisation et un passionné par les questions d'aménagement du territoire. Président du Comité pour le développement industriel, artisanal et agricole du choletais (Codiac), il est élu en 1987 président du CNER. Ses 2 mandats successifs seront marqués par une grande activité et de nombreuses initiatives valorisant les agences de développement et leurs actions de terrain.

 

Il plaide ainsi (déjà !) pour une forte réindustrialisation et porte les propositions concrètes du CNER jusqu'au Premier ministre Michel Rocard, lui remettant un rapport intitulé "Evolutions industrielles et aménagement du territoire", plaidant pour la coordination de multiples dispositifs (formation, investissements, marketing, etc.) en un seul "contrat d'innovation globale". Il s'engagera également au nom du CNER sur les sujets de développement rural, d'infrastructures autoroutières, et portera au plus haut niveau plusieurs documents de propositions et de prospective en matière d'aménagement territorial.

 

En 1987, il élabore et fait adopter par le réseau du CNER la "Charte des comités d'expansion" (appellation des agences de développement à l'époque), présentée solennellement à la présidence de l'Assemblée nationale par Jacques Chaban-Delmas, Olivier Guichard, Bernard Stasi et lui-même, alors tous des soutiens actifs du CNER : "Il s'agit, vis à vis de l'extérieur, de donner une image claire et précise des valeurs et des principes qui régissent les comités d'expansion et, à l'intérieur du réseau, de rappeler les aspirations originelles , de réaffirmer la permanence et l'actualité de leur action auprès des élus et des milieux économiques et sociaux de leurs territoires (Le CNER, 60 ans au service du développement économique, éditions du CNER).

 

De même, en 1989, il rassemblera d'autres réseaux de développeurs économiques pour adresser une "lettre ouverte" à Jacques Chérèque, alors ministre des Reconversions et de l'aménagement du territoire, afin d'attirer son attention sur la précarité financière des réseaux de développement local, qui jouent pourtant un rôle irremplaçable sur le terrain.

 

Enfin, il lancera des "déjeuners de presse" qui connurent durant plusieurs années un grand succès. Ces déjeuners bimestriels rassemblaient une vingtaine de journalistes sur une thématique précise, illustrée par des actions de quatre ou cinq responsables d'agences de développement du réseau.

L'artisan d'un rapprochement du CNER avec l'entreprise

Maurice Ligot se fit aussi l'artisan d'un rapprochement concret entre grands groupes privés et professionnels du développement économique. Il modifia les statuts du CNER pour créer le collège des "Membres associés" au sein de sa gouvernance, permettant des relations étroites et des collaborations de terrain entre agences de développement et grands groupes.

 

De même, il crée en 1988 l'Association territoires et entreprises (ATE), plus connue sous le nom de "Club des Grands Aménageurs", qui rassemble de grands chefs d'entreprise autour du président et des élus du CNER. L'objectif était double : sensibiliser les dirigeants de grandes entreprises publiques ou privées aux problématiques de l'aménagement des territoires, considérant qu'ils peuvent tout autant le "déménager" par une seule décision, ruinant des années de travail des agences de développement ; s'appuyer sur l'influence morale et financière de ces chefs d'entreprises pour faire avancer les sujets d'aménagement au plus haut niveau.

Une figure du développement territorial

C'est donc une figure éminente du développement et de l'aménagement des territoires, et qui a porté fièrement les couleurs des agences de développement, qui s'est éteinte samedi dernier. Un personnage passionnant, féru d'histoire et fin lettré comme en attestait l'impressionnante bibliothèque de sa maison de Cholet. Esprit brillant et vif, il impressionnait aussi par sa bonne humeur malgré une vie personnelle émaillée de drames. Il resta attentif aux travaux du CNER jusqu'à récemment, siégeant très régulièrement au conseil d'administration. Son regard pénétrant et volontiers espiègle, son sourire charmeur et son élégance proverbiale nous manqueront. Toutes nos pensées accompagnent Anne-France Braquehais, son épouse et ancienne déléguée générale du CNER, ses enfants et ses proches. Ses funérailles auront lieu vendredi 4 novembre, à 14h30, en l'église Notre-Dame de Cholet.

 

Antoine Angeard

 

La presse rend hommage à Maurice Ligot :