CNER news

Rencontre nationale Boulogne-sur-Mer (2/3): trois questions à Patrice ALLAIS

Rencontre nationale Boulogne-sur-Mer (2/3): trois questions à Patrice ALLAIS


A l’occasion de la rencontre nationale « Développement économique et quartiers politique de la ville » organisée conjointement par le CNER-Fédération des agences de développement économique, le CGET et la Caisse des Dépôts le 3 novembre à Boulogne-sur-Mer, nous sommes partis à la rencontre de ceux qui œuvrent dans les territoires au rapprochement de ces deux champs d’action. Rencontre avec Patrice ALLAIS (en photo), Directeur Général Solidarité Citoyenneté Culture à Rennes Métropole et à la Ville de Rennes, président du réseau Amadeus.

 

Vous interviendrez le 3 novembre dans la table-ronde intitulée « Développement économique et politique de la ville : deux mondes qui s’ignorent ? » : quelle réponse pouvez-vous déjà faire à cette question ?

              Je pense qu’il s’agit en effet de deux mondes qui se sont longtemps ignorés, qui s’ignorent encore parfois, car ces croisements ne sont pas faciles ou naturels. Les cultures professionnelles et les préoccupations ou objectifs immédiats diffèrent, mais on observe un intérêt et une prise de conscience mutuels de la nécessité de travailler au développement d'activité dans les quartiers politique de la Ville. Le poids de la construction urbanistique monofonctionnelle continue à rendre difficile les coopérations. L’exemple du foncier dans les quartiers politiques de la ville en est une bonne illustration : le foncier disponible dans ces quartiers ne correspond pas au foncier disponible « classique »  avec lequel  le développement économique à l'habitude de travailler, ou celui qui répond le plus immédiatement aux demandes. Ill y a tout un travail à faire pour sortir de la relégation géographique, travail souvent largement entamé, sur l’image de ces quartiers, puis sur des actions concrètes de développement d'activité.

Comment êtes-vous intervenus pour développer ces coopérations sur Rennes métropole ?

Au-delà des actions de proximité en termes d'accès à l'emploi et d'insertion, mises en place dans le cadre du PLIE et du plan d'action de la Maison de l'Emploi, la nécessité de définir une stratégie de développement économique et de déployer une action spécifique a fait l’objet d’une prise de conscience plus récente, formalisée dans le cadre de la préparation du contrat de ville. Ainsi, le centre d’affaires des quartiers est une "pépinière d’entreprises de quartier", conçue pour apporter un accompagnement opérationnel et de proximité aux créateurs d'activité, fonctionnel. Il permet aussi de valoriser les parcours positifs en rupture avec les représentations traditionnelles de ces quartiers. Le Plan Emploi Quartiers se concentre quant à lui sur l’insertion (bourse aux stages pour les 3e, offres d’apprentissages, etc.) pour parer au manque de réseau professionnel chez les habitants de ces quartiers, et sur des démarches spécifiques pour permettre aux habitants des quartiers concernés de mieux pouvoir bénéficier des clauses d'insertion sur les marchés publics.

Nous travaillons également sur le potentiel d’accueil d’activités, avec une réflexion sur les représentations de ces quartiers. Je pense qu’il faut éviter d’« enfermer » les gens dans leur quartier, c’est d’ailleurs la raison pour laquelle les contrats de ville sont maintenant adoptés à l’échelle de l’agglomération. Il est toutefois important que les porteurs de projets puissent développer leurs activités dans leurs quartiers s’ils le souhaitent. Et nous souhaitons réussir à opérer un changement dans les représentations, et avec des offres concrétés, pour que ces quartiers soient aussi lieux d’accueil pour les projets économiques.

 «Les politiques engagées doivent bénéficier au territoire dans sa globalité ».

Que vous apporte la participation au réseau Amadeus dont vous assurez la présidence ?

Il s’agit d’un réseau volontaire et informel d’une trentaine de membres soutenu par le CGET et le Ministère de la ville qui se fonde sur l’échange d’expériences et la capacité à analyser ce qui a pu fonctionner dans des métropoles aux configurations similaires. Le croisement des expériences permet de  repérer les leviers qui ont pu être activés avec succès dans d'autres sites. La participation à ce réseau nous a été utile pour préparer les négociations avec l’ANRU et la Caisse des Dépôts sur notre protocole de préfiguration des projets de renouvellement urbain, notamment concernant le volet ingénierie sur cette thématique du « développement économique » au sein des projets de renouvellement urbain.  

Propos recueillis par Noémie Condomines

Retrouvez le premier portrait de Xavier CZERWINSKI,  Sous-préfet et Secrétaire général adjoint du Pas-de-Calais en charge de la cohésion sociale ici

Pour vous inscrire à la rencontre nationale "Développement économique et politique de la ville" du 3 novembre à Boulogne-sur-Mer, veuillez suivre ce lien.