General news

Attractivité et compétitivité : les enseignements de la localisation de la production automobile

Le résultats d'une étude de France Stratégie sur la localisation de la production automobile apportent des éclairages sur l'attractivité des territoires et la compétitivité des entreprises.

Attractivité et compétitivité : les enseignements de la localisation de la production automobile


En septembre 2021, France Stratégie a publié les résultats d'une étude sur la localisation de la production automobile dans le monde, visant à éclairer les déterminants du déclin du secteur en France, et à identifier les leviers pour attirer de l'activité et créer de l'emploi sur le territoire national. Cela a donné lieu à deux publications :

  • Un document de travail (Aymeric Lachaux, « Localisation de la production automobile : quels enseignements sur l’attractivité des pays et la compétitivité des entreprises ? », France Stratégie, Document de travail, n°2021-04, septembre 2021) ;
  • Une note de synthèse (Aymeric Lachaux, Vincent Aussilloux et Philippe Frocain, « Localisation de la production automobile : enseignements sur l’attractivité et la compétitivité », France Stratégie, Note de synthèse, n° 2021-04, septembre 2021).

Un secteur automobile français marqué par la désindustrialisation et les délocalisations 

Depuis deux décennies, le secteur automobile français est marqué par un fort déclin de la production (-33% entre 2000 et 2018) et de l'emploi (-50% entre 2000 et 2018), expliquant une grande partie de la désindustrialisation du pays. La balance commerciale de la France dans le secteur s'est également dégradée (-21 milliards d'euros entre 2000 et 2018), devenant déficitaire en 2008. La part de la production française en Europe est par ailleurs passée de 13,1% en 2000 à 6,7% en 2016, et l'Hexagone a chuté de la 2e place (derrière l'Allemagne) à la 5e place des pays européens entre 2011 et 2016, rattrapée par le Royaume-Uni, l'Espagne et l'Italie.

 

Comme le note France Stratégie, ce déclin est moins lié à une perte de compétitivité des entreprises françaises du secteur automobile, qu'à une perte d'attractivité du territoire national pour la localisation de leur production, cette dernière ayant augmenté à l'étranger, en lien avec des stratégies de délocalisation. 

Les enseignements d'une étude des déterminants de la localisation de la production automobile

Les travaux de France Stratégie s'appuient à la fois sur la littérature académique et sur une analyse empirique de la production et de la vente de 156 millions de voiture dans le monde en 2017 et 2018, pour étudier les déterminants de la localisation de la production automobile, qu'ils soient liés à la compétitivité des pays (par exemple, coût du travail ou fiscalité), ou à la compétitivité des entreprises (par exemple, productivité).

 

Les principaux enseignements de cette étude pour l'attractivité de la France sont les suivants : 

  • Les coûts de production liés au coût du travail et à la fiscalité sont les principaux déterminants négatifs de la localisation de la production automobile. Ainsi, le coût du travail, les impôts sur la production et les impôts sur les sociétés sont les principaux facteurs explicatifs du déficit d’attractivité de la France vis-à-vis de nombreux pays, en particulier le Royaume-Uni, l'Espagne, la République tchèque et le Mexique. 
  • Les coûts de production liés au volume de production sont également des déterminants négatifs importants. Ainsi, les économies d'échelle sont l'un des principaux facteurs du déficit d'attractivité de la France vis à vis de certains pays, en particulier l'Allemagne, le Japon et les Etats-Unis.
  • La qualité des infrastructures est un déterminant positif important. Ainsi, les infrastructures françaises constituent un atout pour l’attractivité de la France vis-à-vis des nouveaux pays industrialisés comme le Mexique ou la Turquie, et, dans une moindre mesure, vis-à-vis de pays au niveau de développement économique comparable comme le Royaume-Uni, l’Allemagne ou l'Espagne.

Quel impact des politiques publiques ?

France Stratégie s'intéresse par ailleurs aux effets des politiques publiques sur la production automobile. 

  • S'agissant des politiques en faveur de l'innovation et de la productivité des entreprises, l'étude note qu'elles peuvent avoir un impact positif pour la production nationale "en raison des effets de co-localisation entre l’innovation et la production", mais que, dans le cas français, leur efficacité "semble largement réduite par le déficit d’attractivité du territoire pour les activités de production." Ainsi, des mesures comme l'augmentation du crédit d'impôt recherche ont un impact positif pour les entreprises françaises, mais qui profite essentiellement à leurs usines situées hors du territoire national.
  • S'agissant des politiques en faveur de la compétitivité des entreprise, l'étude analyse plus spécifiquement l'impact de deux mesure fiscales récemment annoncées : diminution de l'impôt sur les sociétés (passage de 33% à 25%) et des impôts de production de (passage de 3,4% à 2,1% de la valeur ajoutée). D'après France Stratégie, elles pourraient entraîner une augmentation notable de la production automobile (+20%) et une forte réduction du déficit commercial dans le secteur (division par trois). A noter que la diminution de l'impôt sur les sociétés contribuerait seule à plus de trois quarts de ces effets.

Clémence Binet