General news

En 2020, la France est restée attractive pour les investisseurs étrangers

D'après Business France - qui recense 1 215 projets d'investissements étrangers en France en 2020 - l'Hexagone "a su rester un pays attractif pour les investissements étrangers" malgré la crise. De son côté, le baromètre AmCham-Bain 2020 révèle que la France reste relativement attractive pour les investisseurs américains.

En 2020, la France est restée attractive pour les investisseurs étrangers


Bilan des investissements étrangers en France et baromètre Business France 2020 de l'attractivité de la France présentés le 26 février par le gouvernement, baromètre du moral des investisseurs américains en France publié par la Chambre de commerce américaine en France (AmCham) et le cabinet de conseil Bain le 11 février : le CNER fait le point sur les principales études sur l'attractivité de la France en 2020.

1 215 projets d'investissements étrangers en 2020

D'après Business France, l'Hexagone a attiré 1 215 projets d'investissements étrangers en 2020, soit une baisse de 17% par rapport à 2019 - une année record pour les investissements étrangers en France -, où 1 468 projets avaient été enregistrés. A titre de comparaison, les investissements étrangers ont baissé de 19% en Europe et de plus de 30% dans le monde en 2020.

 

Ces projets ont permis de créer ou maintenir 34 567 emplois, contre 39 542 en 2019, soit une baisse de 13%. Business France note qu'il s'agit toutefois du deuxième meilleur bilan enregistré au cours des dix dernières années.

 

« En dépit d'une crise économique inédite, la France a su rester attractive »

Franck Riester Ministre délégué en charge du Commerce extérieur et de l'Attractivité

Une prédominance des activités de production et un fort dynamisme du secteur de la santé

Les activités de production représentent 25% des projets (308 au total) - malgré une baisse de 19% par rapport à 2019 - et 37% des emplois créés ou maintenus (12 875). D'après Business France, « les activités qui ont le plus amorti le choc sont les activités de logistique (6% des projets) dont les investissements se sont maintenus ainsi que les activités de R&D (12% des projets) et les services aux entreprises (13% des projets) qui ont enregistré respectivement une légère baisse de -7 et -4%. »

 

D'un point de vue sectoriel, le nombre de décisions d'investissements a connu une forte hausse dans le domaine de la santé (+40% par rapport à 2019) ; une croissance tirée par les filières « médicaments et biotechnologies appliquées » et « équipements médico-chirurgicaux » dans le contexte de l'épidémie de Covid-19. Le secteur des énergies renouvelables a également connu un dynamisme important (+13%).

 

A l'inverse, les investissements étrangers ont, logiquement, fortement diminué dans les secteurs liés au tourisme et aux mobilités - hébergement et restauration (-57%), aéronautique (-56%), transport et entreposage (-38%) -, mais aussi dans le secteur des logiciels et prestations informatiques.

Des investissements européens particulièrement dynamiques

Les investissements européens - qui représentent 64% du total des investissements - ont été particulièrement dynamiques en 2020. Si les Etats-Unis restent le premier pays d’origine des investissements étrangers en France, avec 17% des projets, ils sont suivis de près par l'Allemagne (16,5%) et le Royaume-Uni (10%).

 

On note une forte progression des projets d'investissements provenant d’Irlande (+50%), des Pays-Bas (+43%) et, dans une moindre mesure, d'Espagne (+9%) et du Danemark (+7%).

La France reste relativement attractive pour les investisseurs américains

Comme évoqué, les Etats-Unis sont les premiers contributeurs des investissements étrangers en France. Le baromètre AmCham-Bain révèle néanmoins que l'attractivité de l'Hexagone a légèrement diminué auprès des investisseurs américains l'an dernier.

 

En effet, pour la première fois depuis 2015, la part des investisseurs américains ayant une bonne image de la France est en baisse, passant de 64% en 2019 à 48% en 2020. Mais, pour l'AmCham, « c'est surtout la polarisation des perceptions qui est remarquable cette année » : si environ 40% des investisseurs américains anticipent une évolution positive du contexte économique en France dans les prochaines années, soit seulement 2 points de moins que l'an dernier, ils sont en revanche 23% à anticiper une évolution négative, soit 12 points de plus qu'en 2019. Les inquiétudes des investisseurs américains en France portent moins sur l'impact de la crise que sur ce que l'AmCham qualifie d'« irritants historiques et structurels de la France » : climat social, procédures de licenciement et coûts de la main-d’œuvre.

 

Toutefois, de nombreux voyants sont au vert. Tout d'abord, la France maintient ses atouts aux yeux des investisseurs américains, à commencer par l’environnement culturel (78%) et la qualité de vie (73%). 86% des répondants ont également une perception positive ou très positive de l’écosystème de l’innovation en France (qualification de la main-d’œuvre, soutien de l’Etat à la nouvelle économie, infrastructures IT). 

Les retombées positives des mesures de soutien aux entreprises et du plan de relance

Par ailleurs, les investisseurs américains ont largement plébiscité les mesures de soutien et le plan de relance du gouvernement : 96% des répondants au baromètre AmCham-Bain estiment que les mesures de soutien aux entreprises en France ont été au moins aussi compétitives que dans les autres pays européens (54% estiment qu’elles l'ont même été davantage). 

 

Plus largement, le baromètre Business France 2020 de l'attractivité de la France révèle que les mesures mises en œuvre dans le cadre de France Relance sont particulièrement appréciées par les dirigeants étrangers. 90% des répondants sont ainsi favorables à la baisse des impôts de production, et 88% au programme d'investissements d'avenir de 11 milliards d'euros d’ici à 2022 pour soutenir l’innovation. 

 

 

Clémence Binet