News from investment agencies

Ardennes Développement accompagne le groupe Hermès dans l’accroissement de ses capacités productives

Le maroquinier français, qui vient d’inaugurer sa deuxième maroquinerie ardennaise, a annoncé l’ouverture d’un troisième site de production dans le département à l’horizon 2023. Des implantations accompagnées par Ardennes Développement.

Ardennes Développement accompagne le groupe Hermès dans l’accroissement de ses capacités productives


L’ancienne fonderie Deville de Charleville-Mézières, devenue une friche industrielle de trois hectares, a été choisie par le groupe Hermès pour accueillir son troisième site de production dans les Ardennes.

Un pôle de production et de formation dans les Ardennes

L’histoire entre Hermès et les Ardennes a commencé au début des années 2000 avec l’ouverture d’une première maroquinerie à Bogny-sur-Meuse en 2004. Alors qu’une deuxième vient d’être inaugurée, à Tournes-Cliron, le groupe a annoncé l’ouverture d’une troisième maroquinerie ardennaise à Charleville-Mézières en 2027. Ces deux nouveaux sites de production vont générer 540 nouveaux emplois en 5 ans sur le territoire (280 pour la maroquinerie de Tournes-Cliron et 260 pour celle de Charleville-Mézières). Ce pôle ardennais du groupe est également composé de l’Ecole Hermès des savoir-faire de Charleville-Mézières, un centre de formation d’apprentis (CFA) agréé par le ministère de l’Education nationale, qui délivre le CAP Maroquinerie

Un développement sur le territoire accompagné par Ardennes Développement

Pour ses deux dernières implantations ardennaises, Hermès a bénéficié de l’accompagnement clé en main d’Ardennes Développement et des collectivités territoriales et de l’Etat. Un exercice nécessitant à la fois une bonne compréhension des besoins des porteurs de projets et une connaissance fine du territoire, notamment pour la recherche de sites disponibles. En effet, pour répondre aux ambitions de développement durable du groupe, et notamment à sa volonté de s’implanter sur une friche industrielle, l’agence a procédé à un important travail d’analyse du foncier pouvant être recyclé sur le territoire. 5 friches industrielles ont été proposées, 2 visitées par l’équipe projet pour finalement voir le groupe retenir une parcelle appartenant à la friche Deville.